Sylvie Readman, Jana Sterbak

7 septembre — 2 novembre / September 7 — November 2, 2013

<  >

Galerie Laroche/Joncas est heureuse de présenter des oeuvres sélectionnées de deux artistes canadiennes Sylvie Readman et Jana Sterbak. Utilisant respectivement la photographie et la vidéo, ces artistes réinterprètent le paysage produisant des œuvres remplies de références entre le paysage, l’activité humaine et le passage du temps.

Avec sa série Déploiements (2006), Sylvie Readman poursuit son exploration
de la frontière entre l’expérience visuelle et le monde imaginaire, entre l’enregistrement de la réalité et l’expression subjective. Trois de ces images dans l’exposition, Déclinaisons, Reports et Point d’équilibre, consistent en de larges panoramas de paysages.
Ces étendues impressionnantes dépourvues de figures humaines mais prégnantes de leurs activités et interventions hantent le champ visuel et évoquent la menace du développement urbain.

Des prises successives et superposées érigent un échafaud visuel et temporel qui obscurcit toute image originale et résolue qui serait en relation directe entre le paysage, la caméra et le moment de sa captation. Alors que ces images semblent englober les transformations du paysage à travers le temps, ce ne sont pas des images documentaires :
Ce qui est généré est plutôt une poétique du paysage, de la caméra et de la temporalité, un poétique où le facteur humain, que ce soit dans le paysage ou derrière la caméra elle-même, est suggéré indirectement.

Sylvie Readman est originaire de la ville de Québec, elle vit à Montréal depuis plusieurs années et enseigne à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQÀM. Elle détient une maîtrise de l’Université Concordia.(MFA 1984). Ses œuvres se retrouvent dans la collection de plusieurs Musées dont le Musée des Beaux-Arts de Montréal, le Musée d’Art Contemporain de Montréal, MAC, le Musée des Beaux-Arts du Québec, le Musée des Beaux-Arts du Canada, la Winnipeg Art Gallery, le Musée d’Art de Joliette et le Musée de la photographie à Charleroi, Belgique.

Récente récipiendaire du Prix du Gouverneur Général du Canada en Arts visuels et médiatiques (2012), la pratique de Jana Sterbak, qui s’échelonne sur plusieurs décennies, a su déployer un éventail impressionnant de médias, matériaux et méthodes.
Imprégnant le paysage temporel avec une dimension historique, Sterbak a utilisé une série de tableaux du peintre Flamand Pieter Brueghel l’Ancien comme point de départ pour sa série de vidéos intitulée Les Saisons. Autour des années 1560, Brueghel avait peint six tableaux, chacun illustrant les saisons de l’année. Plusieurs de ces œuvres ont depuis disparu; seulement les esquisses du Printemps subsistent. C’est de ces esquisses dont s’inspire Sterbak pour concevoir Sakura (2007) une vidéo qui ressemble à un dessin représentant une scène du festival des cerisiers en fleurs célébré annuellement au Japon. Avec Febuary (2006), Sterbak fait référence au tableau de Brueghel ‘Hunters in the Snow’ qui date de 1565 considéré comme étant la première représentation d’un artiste d’un paysage d’hiver. Comme dans Sakura, February dépeint une activité de loisir contemporaine- celle de la glissade du traineau dans le parc- plutôt qu’un travail agricole typique des tableaux du seizième siècle, pointant par la même occasion un changement de paradigme survenu depuis ces quelques siècles.

Bien connue pour ses performances dans les années 70 et 80 qui exploraient les questions de pouvoir et de sexualité, elle travaille avec plusieurs médias incluant la sculpture, l’installation, la photographie, la vidéo et la performance. Sterbak a présenté son travail à travers le monde, incluant le Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, Belgique (2006) ; Le Carré d’Art, Nîmes, France (2006); Haus der Kunst, Munich (2002); Museum of Contemporary Art, Chicago (1998) : Les Papesses, Fondation Lambert, Palais des Papes, Avigon, France, 2013, ses vidéos Les Saisons ont étés présentés au Louvre Lens pour l’exposition inaugurale ‘Le temps à l’oeuvre’ en 2013. Son oeuvre vidéo ‘From Here To There’ 2003, a été présentée derièrement dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal 2014, commissarié par le Brittanique Paul Wombell.
C’est avec cette oeuvre que Sterbak a représenté le Canada à la Biennale de Venise en 2003.

 

— English —

Galerie Laroche/Joncas is pleased to present select works from two well-known Canadian artists, Sylvie Readman and Jana Sterbak. Through photography and video, respectively, these artists reinterpret landscape, producing compelling intersections between land, human activity, and the passage of time.

In the series Déploiements (2006), Sylvie Readman restates her interest in the boundary areas between visual experience and the imaginary world, between recording the real and subjective expression. Three of these images in the exhibition, Déclinaisons, Reports, and Point d’équilibre, depict large panoramic landscapes. The striking expanses are devoid of human figures, yet signs of their activity and interventions haunt the visual field, alluding to the threat of urban sprawl.
Successive, superimposed frames erect an intricate visual and temporal scaffolding that obscures any original, resolved image and direct relationship between the landscape, camera, and the moment of its ‘capture’. While these images seem to encompass the landscape’s transformation over time, it is not documentary: what is generated is rather a poetics of landscape, camera and temporality, one in which the human element, both in the landscape and behind the camera itself, is suggested only indirectly.

Sylvie Readman is originally from Quebec City but she has lived in Montréal for many years. She holds an MFA from Concordia University (1984) and has been exhibiting her photographs since 1985. Her work can be found in many museum collections such as the Musée des Beaux-arts de Montréal, Musée d’art contemporain de Montréal, Musée national des Beaux-arts du Québec, National Gallery of Canada, Winnipeg Art Gallery, Musée d’art de Joliette, Musée de la photographie à Charleroi, Belgium.

A recent recipient of the Governor General’s Visual and Media Arts Award (2012), Jana Sterbak’s practice spans decades and has deployed an impressive array and combination of media, materials and methods including sculpture, installations, photography, video and performance.
Imbuing the temporal landscape with an art-historical dimension, Sterbak has taken Flemish Renaissance painter Pieter Brueghel’s paintings as a point of departure in her video series The Seasons. In the 1560s Brueghel had painted six paintings, each depicting an agricultural landscape for different seasons of the year. From these works five remain in the collections of Museums in Vienna, Prague and New-York, only the sketches of Spring remain. Yet these gaps and absences are precisely the productive factor for Sterbak’s Sakura (2007), a monochromatic sketch-like video depicting a scene of the annual cherry-blossom festival in Japan. In February (2005), Sterbak references Brueghel’s Hunters in the Snow (1565), a painting considered to be the first winter landscape. As with Sakura, February depicts a leisure activity—here, that of sledding in a park—rather than agricultural labour, thereby pointing to the paradigmatic shift from the country to the city in the intervening centuries.

Sterbak represented Canada in 2003 at the Venice Biennial. She has had many solo exhibitions worldwide, including Palais des Beaux-Arts, Brussels, Belgium (2006) ; Carré d’Art, Nîmes, France (2006); Haus der Kunst, München (2002); and Museum of Contemporary Art, Chicago (1998) and recent group shows on now in Avignon, Yvon Lambert Foundation at the Palais de Papes. Her video work ‘The Seasons’ is presently presented at the new Louvre at Lens for it’s inaugural exhibition ‘Le Temps à l’oeuvre’. The video work presented on 6 screens ‘From Here To There’ 2003, the work that represented Cnada at the Venice Biennial is now presented in Le Mois de la Photo à Montréal, curated by British curator Paul Wombell.