Yadir Quintana Miroirs 4 septembre – 4 octobre / Septembre 4 – October 4

 
English Follows.

La Galerie Laroche/Joncas est très heureuse de présenter Miroirs, la troisième exposition solo de Yadir Quintana avec ala Galerie.
Habitant à New-York, ville entourée de bâtiments peuplés de gens de provenances très diverses et avec des styles de vie aussi variés, Quintana remarque qu’il observe constamment ses voisins, se questionnant à propos de la vie de ces gens avec qui il partage un espace commun. Des gens comme lui-même probablement: des gens qui vivent, qui aiment et qui vont tous mourir. En marchant près d’une nouvelle rue la nuit, des fenêtres sont illuminées de l’intérieur, de simples rideaux laissant passer la vue d’un chandelier étincelant. Peut-être une fiancée qui se prépare pour le grand jour devant un miroir, incapable de dormir et entourée de dentelle et de maquillage étincelant?
De l’autre côté de la rue, une fenêtre est bien fermée avec des stores qui donnent une impression de forteresse impénétrable. Qu’est-ce qu’il s’y cache? Est-ce que ça pourrait être une histoire d’amour qui a mal tourné ou bien simplement le train train quotidien d’une famille sans histoire. Tout en haut de plusieurs autres édifices, d’un grand appartement vitré du sol au plafond exultent un luxe et une richesse extravagante. Les lumières sont allumées chaque jour de 6:00-23:00, illuminant le ciel nocturne, mais sinon, aucun autre signe de vie… On semble être témoins de ce jeu mystérieux qui consiste à exhiber toute cette richesse mais sans rien y révéler pour autant. Dans le quartier des affaires, une répétition presque à l’infini de fenêtres superposées forment le paysage interrompu seulement par d’autres constructions de tours titanesques. Que s’y passe-t-il vraiment ? Combien de candidats y ont été interviewés, combien de carrières y seront lancées ou abruptement terminées? Ces fenêtres qui donnent sur la vie des autres sont aussi des miroirs réfléchissant en même temps les regards curieux des passants ainsi que leurs humeurs changeantes. Chacune de ces fenêtres recèlent en effet des fragments de vies qui s’y déroulent. Des projections de nous-mêmes peuvent aussi compléter ces portraits pour le moins qu’on s’y attarde.

Pour son exposition Miroirs, Quintana a réalisé un groupe de tableaux tous conçus avec des feuilles d’argent fixées sur un cadre de bois. De la peinture à l’huile a ensuite été appliquée sur cette surface d’argent pour ensuite être en partie retirée de différentes façons : dans certains tableaux il ne subsiste qu’une mince trace de couleur, dans d’autres, moins de peinture a été retirée, créant par la même occasion richesse et profondeur sur le panneau. Les surfaces doivent ensuite sécher pour quelques semaines. En les observant par la suite, et en se demandant quel personnage pourrait bien être reflété, le portrait d’un individu commence mystérieusement à se former. Des parties de chaque panneau sont ensuite recouvertes et un supplément de peinture à l’huile est ensuite appliqué. Chaque panneau commence à prendre vie, et une identité spécifique s’y dégage. Des indices sont donnés avec la couleur, la texture et les titres. Mais ultimement, c’est au spectateur de décider à quel personnage chaque tableau est associé.

Correction du texte : Jean Saint-Pierre
Pour plus d’informations, s’il-vous-plaît, contacter la galerie.

Galerie Laroche/Joncas is very pleased to present Mirrors, by New-York City based artist Yadir Quintana. This will be the artists third solo show with the gallery.

Living in a city, surrounded by all manner of buildings filled with people of all backgrounds and lifestyles, Quintana finds himself constantly looking, wondering what the lives of all these people are like?
People like him: living, loving, and dying. As he walks by a new street at night, windows light up from inside, sheer curtains might give a glimpse of a shimmering chandelier. Perhaps a bride is preparing for her big day tomorrow in a mirror, unable to sleep and surrounded by lace and sparkling make up? Across the street, a window is tightly shut with blinds creating an impenetrable fortress. What are they hiding? Could it be a star-crossed love affair or the mundane hum of family life? High atop many other buildings, a large glass enclosed apartment reveals all from its floor to ceiling windows. Luxury, wealth, the best is on display. The lights turn on everyday from 6:00-11:00pm to dazzle the evening sky, but there is no sign of anyone ever being there… It is forever playing a trick in showing everything while revealing nothing. In the business district, repeated patterns and grids form the landscape disrupted only by vigorous construction. Work happens here. How many interviews are to be had; how many careers launched and ended? These windows into other lives are mirrors reflecting the passerby’s curious glances and changing moods. Like mirrors, each of these windows reveals little hints of the lives inside. Projections of one’s self complete the portraits.

For “Mirrors”, Quintana has made a group of paintings starting out with a silver leafed ground on wooden panels. The ground then has oil paint applied to it and rubbed off in different stages of removal, some to leave only a slight tint of color, others to create depth and richness on the panel. The panels are then left to dry for a few weeks. Staring at them and wondering about whom each would reflect, a portrait of an individual begins to be formed. Areas of each panel are masked off and additional paint is applied. Each panel begins taking on a life and identity of its own as it evolves. Hints have been given with color, texture, and titles. However, it is up to the viewer to decide whom each one mirrors.

For more information, please contact the gallery.

Télécharger le CVPlus au sujet de l’artiste
Download CVMore about the artist